Sous la conduite de l’Empa, près de 70 chercheurs de notre pays se sont réunis les 22-23 janvier 2015 pour élaborer une feuille de route pour la recherche sur l’efficience énergétique des bâtiments et des quartiers. Il en ressort que le parc immobilier en Suisse pourrait nécessiter d’ici à 2050 cinq fois moins d’énergie. En particulier, on devrait pouvoir renoncer dans la mesure du possible à toute énergie fossile pour le chauffage comme le gaz ou le mazout. Pour rendre ceci possible, le nombre de rénovations énergétiques (le taux de renouvellement de l’ensemble du parc immobilier) doit doubler pour passer du 1% actuel à 2%.

Dans la feuille de route, les chercheurs ont identifié trois domaines considérés comme mesures prioritaires. Ils mettent d’abord en avant la nécessité de disposer de matériaux isolants très performants et moins chers pour le parc immobilier suisse. Pour cela, la recherche dans le domaine des aérogels doit être intensifiée afin que de nouveaux produits puissent prochainement être disponibles sur le marché. Ensuite, des systèmes intelligents d’automation doivent permettre d’exploiter les bâtiments de manière optimale sur le plan énergétique. Enfin, grâce à la mise en réseau des bâtiments, pas seulement sur le plan électrique mais également sur le plan thermique, de l’énergie supplémentaire doit pouvoir être économisée.

 

Source: habitation.ch